circle-loader

Des secteurs sont perturbés, de nouveaux marchés apparaissent, tandis que d’autres convergent ou disparaissent. La mobilité est entrain de connaitre l’une de ses mutations sociales, technologiques et économiques les plus importantes. Cette transformation est alimentée par trois grandes tendances technologiques disruptives. Les véhicules électriques, les véhicules autonomes et la mobilité en tant que service (MaaS). Séparément, chacune de ces avancées perturberait considérablement l’écosystème, mais en les combinant, elles sont en capacité de totalement réinventer la mobilité telle que nous la connaissons.

Sur de nombreux marchés, nous constatons une nette évolution dans la manière dont les consommateurs perçoivent la mobilité. Plus particulièrement, en ce qui concerne la possession d’un véhicule personnel. Ces changements peuvent être attribués, à la volonté des consommateurs de disposer d’une mobilité « à la demande » comme alternative à la propriété.

En parallèle, les sociétés connaissent aussi des transformations majeures. D’ici 2050, nous serons 9 milliards sur la planète et 70% d’entre nous habiteront en ville. Par conséquent, il devient primordial pour les villes de disposer de solutions de mobilité intelligente. C’est dans ce contexte que la mobilité servicielle entre en jeu.

Le MaaS comprend l’agrégation multimodale des modes de transport ainsi que la mobilité à la demande. En ce sens, la mobilité en tant que service est la prochaine étape dans l’évolution des transports. Ces nouvelles formes de déplacement peuvent apporter de nombreux avantages tant aux autorités de transport qu’aux consommateurs. Promotion d’une mobilité durable, réduction de la pollution ou encore amélioration de l’expérience voyageur. Découvrons comment le MaaS va révolutionner la mobilité de demain.

Le MaaS, catalyseur de la mobilité de demain

Qu’est-ce que la mobilité servicielle ?

Bus, tramway, métro, parking relais, train, vélo en libre-service, trottinette, VTC, voiture de location… Aujourd’hui, nous disposons d’une véritable panoplie de services de mobilité. Pas toujours simple de se retrouver, le Maas (Mobility as a service) se présente aujourd’hui comme une véritable révolution. Consistant à regrouper au sein d’une même plateforme l’ensemble de l’offre de transport, l’expérience voyageur s’en retrouve fortement améliorée. L’utilisateur aura ainsi, la possibilité de planifier, de réserver et de payer tous ces moyens de transport.

La mobilité servicielle fonctionne en partie grâce à des infrastructures complexes et à la coopération entre les secteurs public et privé. L’open data apparaît donc, comme un moyen de promouvoir l’innovation dans le secteur. Avec l’accès à cette multitude d’informations, chaque acteur de la mobilité est en mesure de créer de la valeur.

maas-multimodalite

Une approche innovante

Au-delà de l’aspect technique, le MaaS met en avant une nouvelle approche basée sur l’interopérabilité et l’intermodalité. D’après le Baromètre des Mobilités du quotidien – édition 2019, 64% des Français ont l’habitude d’utiliser un seul mode de transport sur la majorité de leurs déplacements. Parmi eux, 82% utilisent uniquement la voiture. Avec 1 personne sur 2 ayant le sentiment d’être mal informée concernant les services de mobilité à leur disposition, il est important de repenser et simplifier l’accès à la mobilité. La Mobilité en tant que Service représente ainsi une opportunité intéressante.

D’après « l’Observatoire des mobilités émergentes 3 » , les solutions MaaS sont plébiscitées par 59% des Européens. Concernant, leurs fonctionnalités, 44% sont principalement intéressé par la simplicité d’accès aux moyens de transport. 35% par le fait qu’ils pourront réduire leurs recours à la voiture. Enfin, 19% sont particulièrement intéressés par le fait de ne plus avoir à acheter des titres de transport.

Un marché grandissant

Selon Orbis Research, le marché du MaaS était évalué à 24,1 milliards de dollars en 2017. D’ici 2025, le marché devrait atteindre 230,40 milliards de dollars. BIS Research à également publié une étude sur le sujet. Selon son rapport, le marché mondial de la mobilité en tant que services sera estimé à 1,75 trillion de dollars d’ici 2028.

Les principaux moteurs de cette industrie sont entre autres, les services de transport à la demande et les pouvoirs publics. Les politiques gouvernementales et la participation du secteur public jouent un rôle très important dans la croissance de cette industrie.

maas-application-multimodal

Ameliorer l’experience voyageur

La mobilité servicielle a le potentiel de changer la façon dont nous voyageons. Les habitants d’une ville dotée de plateformes MaaS entièrement intégrées sont en mesure d’utiliser des modes de transport pertinents, au bon moment, au meilleur prix, et en toute simplicité.

Un confort de voyage augmenté

Ces nouvelles solutions peuvent se traduire par un confort et un sentiment de sécurité accru chez les passagers. Les consommateurs ont la possibilité de filtrer les options de transport. Ainsi, ils peuvent choisir leurs voyages en fonction de la disponibilité, de la densité des passagers, du prix ou des horaires des moyens de transport. L’avantage pour les voyageurs est donc de pouvoir se déplacer selon ses préférences. L’information voyageurs se voit également renforcée.

En accédant rapidement aux informations recherchées, les utilisateurs d’applications MaaS vont aussi gagner du temps. Via une unique plateforme, ils ont la possibilité de se rendre partout dans le monde. Si bien qu’il n’y a plus de contrainte géographique ou de barrière linguistique.

Un paiement simplifié

La mobilité en tant que service promeut des méthodes de paiement simplifié. Contrairement à la réservation séparée des différents modes de transports, ici il est possible d’effectuer un seul paiement pour l’ensemble du voyage. Par exemple, un consommateur dont l’itinéraire optimal comprend un taxi, un train et une trottinette paiera qu’une fois pour son trajet. Par ailleurs, il est aussi possible pour les usagers de valider leurs titres de transport, directement depuis les plateformes MaaS.

De plus, la mobilité servicielle permet des paiements plus sécurisés. Grâce aux différents modes de paiement pris en compte par les plateformes, les utilisateurs peuvent payer leurs voyages sans avoir à transporter de l’argent liquide.

experience-voyageurs-train

Aider les villes à relever les défis futurs en matière de mobilité

La mobilité au sein des villes va connaitre des changements structurels majeurs les prochaines années. Près d’une ville européenne sur trois verra sa population augmenter de plus de 10 % au cours des 30 prochaines années. Au cours des dernières décennies, le transport de personnes a été dominé par les voitures privées. L’adoption massive de ce moyen de transport a entraîné des encombrements et des répercussions négatives sur l’environnement. Résultant, d’une part, en une augmentation du temps de trajet. Et d’autre part, en une augmentation de la pollution atmosphérique et sonore. De nombreuses villes commencent à s’attaquer à ces problématiques. Pour ce faire, elles mettent en œuvre différentes stratégies. Le MaaS offre plus que de la commodité. En effet, les villes intelligentes ne peuvent être envisagées ni conçues sans tenir compte de la mobilité servicielle.

Le MaaS permet de promouvoir trois objectifs urbains fondamentaux : la croissance économique, le respect de l’environnement et de la société.

Un monde sans embouteillage

Selon une étude réalisée par l’AECA (European Automobile Manufacturers Association), les automobilistes européens passent en moyenne 18 heures dans les embouteillages. La moyenne mondiale est quant à elle de 50 heures par an. Autre constat alarmant : chaque année, c’est plus d’un million de personnes qui perdent la vie dans des accidents de voiture. Entre 20 et 50 millions sont quant à eux victimes de traumatismes routiers.

Il est intéressant de mentionner, que les voitures représentent 85 % de nos dépenses en matière de mobilité alors qu’elles ne représentent que 29 % de nos déplacements en moyenne.

Le MaaS peut aider les municipalités en diminuant le nombre de véhicules en service. Plutôt que de faire dépendre chaque individu d’un véhicule personnel, l’optique de ces nouvelles formes de mobilité, est d’utiliser des services de transport public et partagé. Cela permet ainsi de réduire les embouteillages et la pollution. De ce fait, les communautés seront en mesure de récupérer l’espace précédemment consacré aux parkings ou aux routes.

congestion-villes

Des villes plus vertes

Les automobiles sont une source majeure de pollution, responsable de 7 millions de décès prématurés dans le monde. L’Agence européenne pour l’environnement estime que le transport routier contribue à une pollution excessive. On estime qu’environ 7 % de la population urbaine de l’Union européenne est exposée à des niveaux d’oxyde d’azote (NO2) supérieurs à la valeur limite prescrite par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). De plus, trois quarts de la population urbaine seraient exposés à des niveaux de particules en suspension (PM) dépassant la valeur directrice de l’OMS.

En encourageant les gens à utiliser des moyens de transport partagés ou à utiliser le covoiturage, le MaaS limite le nombre de trajets en voiture et donc la pollution. D’après une étude menée par Volkswagen, en adoptant une politique qui promeut une mobilité durable, en seulement 10 ans, il serait possible de réduire la pollution de 48% et la congestion automobile de 68% dans une ville de 5 millions d’habitants.

MaaS et COVID-19

Des évolutions des modes de travail et des besoins en matière de transport ont émergé de la crise du coronavirus. On constate, une volonté du public de partager des données pour assurer la sécurité et la fiabilité des moyens de transport. Un enthousiasme accru pour la « micro mobilité », comme les vélos et les trottinettes électriques sont également à noter. Par conséquent, la pandémie a eu un impact plus que positif sur l’utilisation du MaaS, constituant ainsi un moteur de croissance pour ce dernier.

maas-covid-19-transports

Transports et distanciation sociale

Dans ce contexte, la pandémie mondiale de 2020 a marqué un changement radical de comportement et a modifié nombre de nos priorités. De nombreuses entreprises ont adopté le travail à domicile, et même lors des réouvertures, nous avons pu constater un impact fort sur les transports publics. En peu de temps, l’utilisation des transports en commun a chuté de 80 à 90 % dans toutes les grandes villes. Les modes de mobilité partagés sont devenus moins attrayants. De ce fait, les gens recherchent davantage des alternatives combinant efficacité et sécurité.

Aujourd’hui plus que jamais, la micromobilité s’avère être une option préférable. Les trottinettes électriques et les vélos sont particulièrement intéressants sur les courtes distances. En effet, ils permettent aux citoyens d’éviter non seulement les encombrements routiers, mais aussi les transports publics surchargés. Les autorités locales ont réagi rapidement, en augmentant la disponibilité des pistes cyclables et en rendant certaines parties inaccessibles en voiture.

Le partage des données

Le partage des données est aujourd’hui indispensable dans le déploiement d’une stratégie de mobilité réussie. Cela s’avère être l’option la plus sûre et la plus efficace dans le contexte post-Covid. Les employés et les entreprises pourraient par exemple évaluer en temps réel s’il est judicieux d’aller au bureau ou de travailler à distance. Les opérateurs de transports pourraient ainsi s’adapter plus facilement aux changements imprévus.

En outre, l’intégration et l’agrégation de toutes les informations relatives aux transports, donneront aux villes un aperçu sans précédent des habitudes de déplacement. Avec l’aide des Intélligences Artificielles (IA) et de l’apprentissage automatique, elles pourront analyser et tirer des conclusions. Conclusions sur la manière dont la population se déplace et sur ce qui les influence. Dans cette optique, les municipalités pourraient ainsi proposer des alternatives lorsqu’un itinéraire spécifique n’est pas disponible.

micromobilite-velos

À mesure que les services de mobilité se multiplient, les modes de transport partagé et public deviendront de plus en plus pratiques et efficaces… Le MaaS participera grandement à ces évolutions.

maas_améliorer_mobilité_2021

Pour découvrir une autre étude de cas portant sur le MaaS : En quoi le Mobility as a Service peut-il faciliter le retour au bureau de vos collaborateurs ?

À propos de Lyko

Expert du MaaS (Mobility as a Service), Lyko met à disposition des collectivités, des industries du tourisme et de la mobilité une suite d’outils intelligents permettant de simplifier le développement de leur propre solution de mobilité intermodale. En quelques lignes de codes, nous leur offrons la possibilité de se connecter instantanément aux données et aux systèmes de distribution de plus de 1 500 opérateurs de transports publics et privés, répartis dans toute l’Europe. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre site internet lyko.tech.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *