circle-loader

Arrêtée depuis le 2 novembre , BlablaBus vient d’annoncer dans son dernier communiqué de presse le prolongement de cette interruption pour encore quelques mois. Avec un secteur de la mobilité d’ores et déjà touché lors du premier confinement, les bus de BlaBlaCar sont de nouveau impactés. Illustré notamment avec une chute d’environ 70-75% des réservations à la Toussaint. Zoom sur cette triste nouvelle, qui toutefois permettra à la société de se concentrer cet hiver sur son principal service de covoiturage.

Une reprise « pas avant mi-mars ou fin mars 2021, en Europe »

Comme annoncé ce mercredi par Nicolas Brusson, Co-fondateur et CEO de BlaBlaCar, « BlaBlaCar ne relancera pas son offre BlaBlaBus (ex-OuiBus) en Europe avant le printemps 2021. Les quelques trajets réservés dans cette période compliquée seront remboursés ». Comme principale raison évoquée, le fait d' »éviter de faire le yo-yo : relancer pour Noël, refermer début janvier« . En effet lors du premier confinement mars-avril, le groupe avait déjà interrompus tous ces trajets longues distances. Pour ensuite reprendre le 24 juin dernier. avec un taux de remplissage au maximum de 50% les premières semaines.

Le groupe espère fortement que les périodes de confinement/déconfinement seront normalement derrière nous. Comme souligné par Nicolas Brusson, « les annonces de ces derniers jours sur les vaccins ont l’air d’aller dans ce sens« , comme souligné par Nicolas Brusson. Du côté des PME qui fournissent les cars, ces derniers sont « prévenus« . « Ça fait moins de mal à tout le monde dans une période où il est très peu probable qu’on arrive à remplir les bus ». Comme rajouté par Nicolas Brusson, « Ça permet aussi à nos partenaires de ne pas opérer, avec une partie des chauffeurs couverte par le chômage partiel », tout comme une partie des salariés de Blablacar. 

blablabus-blablacar-arret-covid-confinement-printemps-2021-bus-covoiturage

Près de 10 000 réservations de trajets de covoiturage en moyenne

Toutefois malgré l’arrêt de ses lignes de bus, la plateforme de covoiturage restera ouverte au public, pour tous les déplacements respectant les directives officielles. En effet, fortement plébiscité par ses voyageurs cet été, le service de partage a vu « sa demande dépassée celle de l’an dernier ». Notamment du fait qu’il minimise le nombre de contact, en respectant plus facilement les gestes barrières.

Et ce, même en cette période déconfinement. Important de noter que le nombre de réservation de places de covoiturage est actuellement à environ 25% du nombre habituel. Ce qui représente en moyenne près de 10 000 réservations par jour. Il est fort à parier que cette stratégie permettra à la société de combler ces pertes… Comme déclaré par le CEO de BlaBlaCar, au printemps, « les gens auront envie de voyager et ça repartira très vite sur le covoiturage… »

A découvrir également notre infographie:
COVID-19, transport et pollution : quelles leçons tirer de cette crise ?

À propos de Lyko

Expert du MaaS (Mobility as a Service), Lyko met à disposition des collectivités, des industries du tourisme et de la mobilité une suite d’outils intelligents permettant de simplifier le développement de leur propre solution de mobilité intermodale. En quelques lignes de codes, nous leur offrons la possibilité de se connecter instantanément aux données et aux systèmes de distribution de plus de 1 500 opérateurs de transports publics et privés, répartis dans toute l’Europe. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre site internet lyko.tech.

Tags:

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *