L Y K O

Connecting the Mobility World

[MOBI’ZAP] Année 2020 : Innovations & actus mobilités, ce qu’il faudra retenir

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
mobizap-vignette
Temps de lecture : 12 minutes

Au sommaire de ce mois de décembre, un format assez spécial ! En effet, à la place, de retrouver notre traditionnel résumé mensuel, voici un best of des actualités et des innovations marquantes, du secteur de la mobilité et du transport de cette année. Une année 2020, qui aura été marquée par des innovations majeures : test réussi pour le Virgin Hyperloop ou encore la présentation de taxis volants par Uber. C’est une année, qui aura été également marquée par la croissance et la faillite de plusieurs acteurs. On pourra notamment citer, l’endettement de Hertz ou l’acquisition de Bombardier Transport par Alstom. Cependant, il faudra retenir que l’année 2020 a surtout été marquée par la crise du coronavirus (COVID-19) et par ses conséquences. Voici le best of des actus mobilités.

Janvier : une mobilité revisitée avec des taxis et VTC volants

Événement marquant de janvier, le CES de Las Vegas présente depuis plus de 50 ans, les technologies les plus innovantes. Cette année, le salon était majoritairement axé sur la mobilité, au plus grand plaisir de Lyko. Concrètement, cette édition fut marquée par la présentation du véhicule volant fabriqué par Uber, en partenariat avec le constructeur automobile coréen, Hyundai.

Annoncé pour courant 2023, le prototype de taxi volant sera capable de se déplacer à une vitesse maximale de 289 km/h jusqu’à une altitude de 600 mètres. La voiture volante, entièrement électrique décolle et atterrit verticalement. Elle pourra transporter un total de 4 passagers et disposera d’une autonomie d’environ 96 kilomètres. Éric Allison, dirigeant d’Uber Elevate, estime que « Hyundai a le potentiel de construire des véhicules Uber Air à une vitesse jamais observée dans l’industrie aérospatiale actuelle”. Loin d’être à son premier partenariat, Uber s’était déjà associé avec le géant Bell Flight, lors du CES 2019. 

Les taxis volants nécessiteront d’abord un pilote, mais deviendront à terme complètement autonomes.

taxis-volants-uber-hyundai
© Hyundai | Uber

Comme vous l’avez compris, des taxis volants pourraient bien envahir le paysage de nos villes d’ici quelques années. En tout cas c’est l’objectif d’un certain nombres d’acteurs. La région Île-de-France, en partenariat avec la RATP, a notamment annoncé le lancement de tests, en condition réelle, des premiers taxis volants dès juin 2021 dans le Val-d’Oise.

Vous souhaitez découvrir l’ensemble des actus mobilité de janvier 2020 ? N’hésitez pas à consulter notre article et le Mobi’ZAP traitant de ces sujets.

Février : L’acquisition de Bombardier Transport par Alstom

En février, le groupe Alstom, spécialisée dans les secteurs des transports ferroviaires a fait l’acquisition des trains Bombardier Transport. Une acquisition effectuée notamment en partie par le biais d’échange d’actions. En effet, le fonds de pension canadien CDPQ deviendra à terme le premier actionnaire d’Alstom avec 17% du capital, reléguant ainsi le groupe Bouygues.

« L’acquisition de Bombardier Transport représente une étape transformante pour Alstom. Elle va permettre au groupe d’accélérer sa feuille de route stratégique et de renforcer son leadership dans un contexte de marché dynamique », a déclaré le PDG du constructeur français, Henri Poupart-Lafarge. En effet, l’objectif d’Alstom ici est d’étendre son positionnement mondial face à ses concurrents tels que le géant chinois CRRC ou encore le russe Transmassholding.

La fourchette de la transaction était initialement comprise entre 5,8 et 6,2 milliards d’euros. Elle a cependant été revue à la baisse. Alstom devrait finalement acquérir, le Canadien Bombardier Transport pour un prix ne dépassant pas 5,3 milliards d’euros. L’opération qui doit donner naissance au numéro deux mondial du rail est attendue pour le premier trimestre 2021.

train-alstom-bombardier
© Alstom

Vous souhaitez découvrir l’ensemble des actus mobilité de février 2020 ? N’hésitez pas à consulter notre article et le Mobi’ZAP traitant de ces sujets.

Mars : Luxembourg, le premier pays à instaurer la gratuité des transports

Depuis début mars, les transports publics sont gratuits au Luxembourg. Le Grand-Duché est devenu ainsi le premier pays au monde où les transports en commun sont totalement gratuits à l’échelle nationale. Que vous soyez résidents ou voyageurs, montez à bord d’un bus, train ou tram à votre guise ! Vous aurez besoin d’un titre de transport uniquement pour voyager en première classe en train, ou si vous souhaitez traverser la frontière luxembourgeoise.

Qualifiée de « mesure sociale importante », cette gratuité devrait grandement alléger le budget transport des familles. En effet, 40 % des ménages utilisent au quotidien les transports en commun au Luxembourg. Ces économies s’estiment à de près de 100€ par an par familles.

L’entrée en vigueur de cette mesure permettra aussi de réduire la congestion automobile. En effet, la gratuité des transports va influencer les habitants à délaisser leur voiture. Selon un sondage de l’institut d’étude luxembourgeois TNS Ilres réalisé en 2018, près des 47% des déplacements professionnels sont effectués en voiture. Un chiffre conséquent, dans un pays ne comptant que 610 000 habitants.

transports-public-luxembourg

En France, c’est plusieurs dizaines de municipalités qui ont déjà décidé d’instaurer une gratuité complète de leurs moyens de transport. Ce n’est cependant pas une mesure est d’actualité à l’échelle nationale. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez à découvrir notre infographie traitant des transports gratuits en France.

Vous souhaitez découvrir l’ensemble des actus mobilité de mars 2020 ? N’hésitez pas à consulter notre article et le Mobi’ZAP traitant de ces sujets.

Avril : Le lancement de nouvelles pistes cyclables dans les villes

La crise du coronavirus a modifié nos habitudes et nos comportements. Notamment en matière de mobilité. Emprunter les transports en commun est devenu quelque chose de difficile. En effet, les mesures de distanciation sont rarement applicables, notamment aux heures de pointe. De ce fait, de nombreuses personnes ont favorisé la voiture après la fin du premier confinement. En conséquence, cela a engendré des embouteillages et des pics de pollution atmosphérique et sonore. Pour rappel, lors de la grève des transports de décembre 2019, on enregistrait un record de plus de 628 km d’embouteillages sur les routes franciliennes, aux alentours de 8h30. Contre une moyenne habituelle de 200 et 350km à la même heure.

C’est donc pour ces raisons que plusieurs municipalités françaises ont décidé de mettre en place des plans d’urbanisme tactiques. Aux quatre coins de l’hexagone, des centaines de kilomètres de pistes cyclables sont apparus dans les villes du pays. Ces mesures consistent à repenser au partage des espaces publics en prônant le vélo comme alternative. C’est notamment le cas des villes de Paris, Lyon, Toulouse, Montpellier ou Lille, en France. À l’étranger, des villes comme New York, Milan, Berlin ou encore Oakland, ont également décidé de favoriser le vélo.

velo-france

Finalement, l’usage du vélo a bondi de 44% en France lors de la première semaine du déconfinement d’après le Bulletin bimensuel de suivi de la fréquentation cyclable de l’association Vélo & Territoires. Cerema, le centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement, à quant à lui développé un guide d’amenagement des pistes cyclables provisoires pour les collectivités.

Vous souhaitez découvrir l’ensemble des actus mobilité d’avril 2020 ? N’hésitez pas à consulter notre article et le Mobi’ZAP traitant de ces sujets.

Mai : Hertz, criblé de dettes, placé en faillite

La pandémie a frappé de plein de nombreuses entreprises. Beaucoup d’entre elles ont dû déclarer faillite. C’est notamment le cas du groupe Hertz Global Holdings. La fermeture des aéroports et la baisse du trafic aérien auront grandement impacté la société.

Deuxième loueur de voitures américaines, cette dernière a déclaré faillite le 22 mai. Comme déclaré dans un communiqué « L’impact du Covid-19 sur la demande de voyages a été soudain et dramatique, entraînant une baisse brutale des revenus de la société et des réservations futures ». D’après Paul E. Stone, directeur général de Hertz, cette procédure de faillite a pour objectif principal de protéger les actifs de la société. L’entreprise déposera le bilan uniquement aux États-Unis et au Canada.

Endetté à près de 19 milliards de dollars (17,4 milliards d’euros) et composé d’une flotte de 700 000 véhicules en grande partie inutilisés, le groupe n’a pas eu d’autre choix que de licencier près de 20 000 personnes. Une part qui représente environ 50% des effectifs mondiaux.

Hertz n’est pas la seule entreprise à avoir succombé au coronavirus. Eurolines, société spécialisée dans le transport de passagers en car, déposera aussi le bilan quelques mois plus tard. Créée en 1985, puis rachetée récemment par l’allemand FlixBus, la société n’aura pas tenu bien longtemps. Une décision due selon le groupe à « la situation comptable et financière dans laquelle se trouve l’entreprise, subitement et fortement aggravée par la crise sanitaire et économique. » À l’issue de cette liquidation judiciaire, ce sont pas moins de 36 salariés qui ont perdu leur emploi.

hertz-location-voiture

Vous souhaitez découvrir l’ensemble des actus mobilité de mai 2020 ? N’hésitez pas à consulter notre article et le Mobi’ZAP traitant de ces sujets.

Juin : L’Allemagne investit 9 milliards dans le développement des avions à hydrogène

D’ici 2035, l’avion du futur pourrait avoir une empreinte carbone neutre. Mais pour cela, un investissement massif dans la recherche et le développement, ainsi que plusieurs ruptures technologiques sont nécessaires.

Les hydrocarbures et leurs développent intéressent de plus en plus. L’Allemagne compte bien saisir cette opportunité, en investissant 9 milliards d’euros au cours des prochaines années. Son objectif est de devenir le premier producteur mondial d’hydrogène. Pour l’heure, les technologies hydrogénées répondent aux attentes des défenseurs des énergies vertes.

L’État français à annoncer dans son plan de soutien à l’aéronautique (15 milliards d’euros) vouloir investir dans les technologies hydrogène. La SNCF a notamment annoncé la circulation de son premier train à hydrogène en 2022.

avion-hydrogene
© HES Energy Systems

Vous souhaitez découvrir l’ensemble des actus mobilité de juin 2020 ? N’hésitez pas à consulter notre article et le Mobi’ZAP traitant de ces sujets.

Juillet : Les opérateurs de trottinette électriques retenus par la Ville de Paris

En décembre 2019, la Ville de Paris publiait officiellement son appel d’offres pour retenir seulement trois opérateurs de trottinette dans la capitale. Les résultats sont finalement tombés fin juillet. Les grands gagnants sont Lime, Dott et Tier.

Seize dossiers ont été présentés à la municipalité. Nous retrouvions des acteurs historiques tels que Lime, Dott, Tier, Voi ou encore Lyft. Mais également des opérateurs atypiques tels que Pony et des constructeurs automobiles avec Spin porté par Ford. L’appel d’offres était basé sur trois critères de sélection. À savoir, la « responsabilité environnementale » (40% de la note), la sécurité des usagers (30%) et enfin la « gestion, maintenance et recharge » du parc de trottinettes (30%).

À la clé de l’appel d’offres, la possibilité pour les opérateurs de déployer 5000 engins maximum pour une durée de 2 ans. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre article traitant du sujet.

lime-dott-tier-trottinettes-electriques-paris

Vous souhaitez découvrir l’ensemble des actus mobilité de juillet 2020 ? N’hésitez pas à consulter notre article et le Mobi’ZAP traitant de ces sujets.

Aout : L’évaluation de la chute du trafic aérien  

Face au COVID-19 et aux fermetures progressives de la plupart des frontières, le secteur aérien a été frappé de plein fouet. On a constaté, une baisse de 60% du trafic aérien en 2020 par rapport à 2019.

Le pays qui à été le plus touché est la Norvège avec une baisse du trafic estimée à 79%. En comparaison, on estime que la France enregistrera une baisse de 65% du trafic. De plus, l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA) estime que la reprise du secteur est très incertaine.

Le manque à gagner au niveau mondial serait de 419 milliards de dollars pour 2020. Un chiffre colossal annonçant un retour à la normale pas avant 2024 ! Alexandre de Juniac, président d’IATA a commenté qu’il s’agissait de «la crise la plus profonde jamais traversée par notre industrie, bien plus grave et plus étendue qu’après la crise née des attentats du 11 septembre, l’épidémie de SRAS [en 2002-2003] ou la crise financière mondiale de 2008».

Face à cela, un certain nombre compagnies aériennes envisagent des suppressions de postes, une baisse des investissements à venir, l’arrêt des formations, ou voire la cession totale de leur activité. Selon l’IATA, 55 % des compagnies aériennes envisagent des réductions d’effectifs dans les douze mois à venir.

avion-coronavirus-covid-impact

Vous souhaitez découvrir l’ensemble des actus mobilité de août 2020 ? N’hésitez pas à consulter notre article et le Mobi’ZAP traitant de ces sujets.

Septembre : Les GAFA au service de la mobilité connectée

Les GAFA, Google, Apple, Facebook et Amazon s’intéressent de plus en plus aux nouvelles formes de mobilité et plus particulièrement à la mobilité connectée. Avec plus d’un milliard d’utilisateurs mensuels, Google Maps est aujourd’hui l’une des applications de planification d’itinéraires les plus utilisées dans le monde. Tout comme Apple Plans. Ces deux géants du web proposent aujourd’hui de nombreux services sur nos smartphones via des applications. Des applications telles que Google Pay ou encore Apple Pay, permettant de se connecter à différents services de mobilité. En effet, il est aujourd’hui possible d’acheter et valider son ticket directement depuis son mobile. Leurs objectifs sont de simplifier l’expérience de mobilité, en la rendant plus fluide. Un premier pas vers le MaaS (Mobility as a Service).

Début septembre, Google a annoncé un partenariat avec l’entreprise Passport. Une collaboration permettant à Austin de devenir la première ville américaine dans laquelle les automobilistes peuvent payer leur place de stationnement, directement depuis Google Maps.

© Passport

Amazon, en partenariat avec ExxonMobile participe aussi à la proposition d’une mobilité connectée. Grâce à une voiture connectée à Alexa (assistant personnel virtuel développé par Amazon), il est possible de régler automatiquement l’essence de son véhicule avec son portefeuille Amazon.

Vous souhaitez découvrir l’ensemble des actus mobilité de septembre 2020 ? N’hésitez pas à consulter notre article et le Mobi’ZAP traitant de ces sujets.

Octobre : Phoenix Mobility ou la solution pour passer à l’électrique

Grand gagnant du Tech for Good Awards, la startup Phoenix Mobility montre son ambition de transformer la mobilité, en la rendant plus propre et accessible. Sa solution ? Transformer les voitures thermiques en voitures électriques. La transformation coute environ 15000 euros auxquels on peut ajouter des aides locales et des aides nationales qui vont de 5000 à 7000 euros. 

L’objectif de la start-up est d’aider les collectivités et les entreprises à réduire leurs empreintes carbone. Son premier client, la ville de Grenoble, a reçu en septembre l’un des tout premiers prototypes. Avec de plus en plus de métropoles qui adoptent les Zones à Faibles Émissions (ZFE), l’industrialisation de ces kits électriques se révèle être une véritable solution. Le moteur imaginé par la start-up, permets de prolonger la durée de vie des véhicules thermiques et leur donnant une « nouvelle vie propre », avec zéro émission. 

phoenix-mobility-startup
© Phoenix Mobility

Avec déjà près de 9 000 demandes de devis, il ne fait nul doute que la jeune pousse à un bel avenir devant elle.

Vous souhaitez découvrir l’ensemble des actus mobilité d’octobre 2020 ? N’hésitez pas à consulter notre article et le Mobi’ZAP traitant de ces sujets.

Novembre : Le test réussi du Virgin Hyperloop

Après des années de développement, Virgin Hyperloop distance un peu plus ses concurrents, Hyperloop TT & TransPod, dans la course au développement de ses trains à lévitation magnétique.

Après 400 essais sans passagers, l’entreprise californienne à réaliser son premier essai avec deux voyageurs. Cette expérimentation s’est déroulée le 8 novembre 2020. Elle a pris place dans le tube expérimental DevLopp, situé dans le désert de l’État du Nevada (États-Unis). À bord de la nouvelle version de leur capsule baptisée XP-2, ont pris place Josh Giegel, directeur technique et cofondateur de Virgin Hyperloop, et Sara Luchian, directrice de l’expérience passagère. Cette nouvelle version de la capsule pourrait servir de base à la future version commerciale qui sera en capacité d’emporter 28 passagers.

Pour cet essai, le train à lévitation magnétique a atteint la vitesse maximale de 172 km/h sur une distance de 500 mètres. Très loin du dernier record sans passager en 2017 de 386 km/h. Ou bien, encore de l’objectif théorique de 1200 km/h en 2030. À une telle vitesse, l’hyperloop serait capable d’effectuer un voyage Paris-Marseille en seulement 40 minutes. Avant un déploiement éventuel, il sera nécessaire d’investir massivement. En effet, la suppression de la résistance de l’air permettrait à l’hyperloop de pouvoir gagner grandement en vitesse.

Comme promis par le fondateur de Virgin « Nous sommes sur le point de faire du voyage Hyperloop une réalité pour les gens du monde entier ». 

passagers-hyperloop-virgin-sara-luchian-josh-giegel
Josh Giegel & Sara Luchian, les deux premiers passagers © Virgin Hyperloop

Vous souhaitez découvrir l’ensemble des actus mobilité de novembre 2020 ? N’hésitez pas à consulter notre article et le Mobi’ZAP traitant de ces sujets.

Décembre : Smartmove, la future taxe kilométrique bruxelloise

Le gouvernement bruxellois a présenté début décembre, sa proposition de péage kilométrique dit « intelligent ». Baptisé « Smartmove« , ce projet va remplacer la taxe de circulation classique déjà implantée dans la capitale. Le modèle repose, soit sur un montant de base assorti d’un montant variable en fonction du nombre de kilomètres parcourus, de l’heure et de la puissance du véhicule, soit, sur le recours à un pass journalier.

Tous les déplacements seront enregistrés par des caméras et c’est l’application « Smartmove » qui effectuera les calculs en fonction des différents paramètres. L’objectif ici, est de diminuer de 25% le trafic automobile dans la capitale à l’horizon 2030. Mais aussi, de réduire la congestion automobile et donc améliorer la qualité de l’air pour les Bruxellois. L’application permettra aussi de comparer les alternatives à la voiture individuelle, de suivre ses frais de déplacement, de calculer l’impact sur la qualité de l’air et de faire un choix de trajet le plus intelligent possible, sur base d’informations fournies en temps réel.

bruxelles-transports

Le projet suscite cependant de nombreux débats et sera de ce fait difficilement adopté. En effet, le ministre bruxellois des Finances, Sven Gatz a admis que les négociations avec la Flandre et la Wallonie s’annonçaient particulièrement difficiles.

A découvrir également, notre article sur l’implantation des navettes autonomes dans le paysage urbain

Abonnez-vous
à notre Lykonews !

Une fois par mois, recevez par mail le résumé des dernières actus, startups et solutions de mobilités innovantes. Sans oublier nos précieuses infographies, études de cas, templates d’applications et guides…  😉